Le mot du président

barre deco

president

Bienvenue sur le site web de l'ORCSN,
l'Organisation des retraité-es de la CSN



3 juin 2021

Histoire extraordinaire d’un survivant 
Comment raconter une histoire hors du commun dont on est le centre, mais dont on a aucun souvenir ? Avant de vous faire part de mes recherches, je vous raconte mes derniers souvenirs avant et mes premiers après ce fatidique 9 février 2021.

Derniers souvenirs avant
Lundi 8 février. Il enfin neigé pour la peine la veille et je me lance à l’assaut du Mont Bélair en ski de fond: 15-20 kilomètres de piste en montagne que je survole allègrement. Je suis léger, en pleine forme. Les descentes sont très rapides, le couvert de neige étant encore à peine suffisant pour « chasser » (ralentir). En soirée, je me prépare un programme pour le lendemain: magasinage au Petit Champlain et rue Cartier, puis une bonne séance de patinage à l’anneau de glace qui vient d’être ouvert au PEPS de l’Université Laval. Il fait la grandeur du terrain de football, et est suffisamment large pour permettre de faire de la vitesse sans déranger les autres patineurs. J’y suis allé quelques jours plus tôt et j’ai eu plaisir à retrouver mes jambes d’antan. Je prépare donc patins et vêtements de rechange et les dépose dans l’auto. Je vais me coucher… là s’arrêtent mes souvenirs d’avant.

Les premiers souvenirs d’après
Ils sont confus. Je suis alité à l’Institut universitaire de cardiologie et pneumologie de Québec, j’ai terriblement mal à la poitrine, je suis branché à un tas d’appareils, je distingue mal les moments de veille et de sommeil inconfortable. Un médecin passe à mon chevet et me dit que je suis un cas exceptionnel et que j’ai eu une chance inouïe. On est le 11 ou le 12 février ? Il me raconte que j’ai fait un infarctus « mort subite » sur la rue Cartier, que j’ai été opéré d’urgence et que j’ai fait un 2e infarctus pendant l’opération. En pareil cas, les probabilités de s’en sortir indemne sont de 1 sur 5… et j’ai tiré la bonne paille! Pas de séquelle physique, ni mentale: je suis très chanceux. Il me raconte que j’ai rapidement répondu aux tests qu’ils me faisaient passer, mais je n’en ai pas souvenir.

J’essaie d’entrer en contact avec mes filles pour les rassurer. Mes premières tentatives sont maladroites, mais j’y arrive tant bien que mal. Elles me diront plus tard que je radotais parfois les mêmes commentaires ou questions, mais peu importe pour elles, j’étais vivant et c’est ce qui comptait. Même mon tempérament un peu critique semblait indemne !

Je vous fait grâce des vicissitudes des deux semaines passées à l’hôpital. Mais sachez qu’à mon admission, on m’a installé 4 tuteurs (stent) dans les « vaisseaux du coeur ». Et j’ai fait un 3e infarctus le 16 février, avec retour à la table d’opération, conscient cette fois-ci, assez pour voir à l’oeuvre une technologie chirurgicale absolument digne de la science fiction. Les visites étaient interdites à cause de la Covid-19. J’ai reçu quand même beaucoup de marques de soutien de ma famille, de mes proches et d’amis-es. Il faut ajouter que le personnel de soin du 4e étage (cardio) a toujours été très professionnel et avenant.

Le 23 février je peux enfin rentrer à la maison. Mes filles Hawa et Ramata m’y attendent, avec la ferme intention de veiller sur moi. Elles ont eu la frousse, sont encore inquiètes, et veulent s’assurer que je respecte les consignes médicales. Après quelques jours j’essaie d’en savoir plus sur ce qui s’est passé ce fameux 9 février. Je téléphone au Service de police et à celui des Paramédics pour avoir les rapports d’intervention et les noms de ceux qui ont agi ce jour-là. Peine perdue, on me répond que ce sont des infos confidentielles. Je devrai donc me débrouiller seul.

La quête
J’écris un court message, style tract, titré « Bons samaritains recherchés » où j’explique que j’ai fait un infarctus le 9 février sur la rue Cartier, que je ne me souviens de rien, que je recherche les personnes qui m’ont secouru, que je voudrais qu’ils sachent que je suis vivant. J’inscris mon nom avec mes cordonnées. Et le 5 mars, accompagné de Ramata, je me rends sur la rue Cartier pour le distribuer.

Ce sera une tournée pleine d’émotions. Toutes les personnes à qui on présente le message prennent le temps de le lire et après avoir compris que j’étais le mort du 9 février, ils réagissent… Une coiffeuse émue dira qu’un client lui a parlé de mon accident. Ailleurs on acceptera d’afficher le tract ou de le faire circuler. Un homme qui tient un casse-croûte libanais dira qu’il a vu l’attroupement, s’est approché et qu’il a prié pour moi. Au marché Métro, une employée dit qu’elle s’est approchée et a vu la mort passer dans mes yeux, ça l’a traumatisée, elle pleure et insiste pour me serrer dans ses bras ! Dans plusieurs autres commerces, des gens disent avoir eu connaissance de l’accident, et que ce fut long avant que l’ambulance arrive. Tous sont heureux et surpris de me voir debout. Après une douzaine de rencontres, on rentre à la maison, étonnés, frissonnant d’émotions, contents d’avoir entrepris cette quête.

Le lundi suivant, je vais chez un de mes voisins, policier à la retraite, pour voir s’il n’aurait pas un truc à me suggérer pour faire passer mon tract au Service de police. Il est absent, j’explique ma requête à son fils qui fera le message.

Les réactions arrivent dès les 8 et 9 mars

  1. Je reçois un courriel de quelqu’un qui a vu le tract à la tabagie du coin, et dont le  père m’a vu m’écrouler et ensuite deux femmes accourir rapidement auprès de moi. Les policiers ont bouclé la rue et entrepris de me masser le coeur pendant de longues minutes.
  2. Puis un autre courriel d’une journaliste du média-web Écho Montcalm, me proposant de faire une entrevue. Elle demande même des photos! Elle fera un bon papier, qui suscitera beaucoup de réactions.
  3. En après-midi, je rencontre Claudia, gérante du magasin Urbain, elle me raconte que ce fameux 9 février, elle m’a vu passer devant sa vitrine « vous étiez beau et il y avait comme une aura au dessus de votre tête » ! Quelques secondes plus tard elle entend un cri, sort sur le trottoir, me voit étendu et une femme accroupie sur moi. Elle va vite la rejoindre et aide tant bien que mal. Elle me parle, me demande de ne pas partir. Du sang coule de ma tête. Elle pense à son père, décédé peu auparavant. Elle dira avoir observé le massage que faisaient les policiers en s’alternant, et qu’à la fin j’avais la poitrine comme du Jello. Elle restera jusqu’au départ de l’ambulance. Le lendemain, en passant au même endroit, elle aperçoit une tache de sang sur le trottoir, ça la bouleverse encore. Après, elle espèrera que je m’en soit sorti et que je revienne la voir ! C’est hallucinant, irréel, …assez troublant.
  4. C’est ensuite une dame Breton qui me téléphone. Elle est photographe dans le milieu artistique. Elle a vu le tract et l’a mis sur sa page Facebook, dont je saurai plus tard qu’elle est très populaire, plus de 440 partages !
  5. En soirée, je reçois un appel des agents Beaudoin et Picarou de la police de Québec. Ils ont vu mon tract. Ils ont été les premiers sur les lieux le 9 février et ont entrepris les manoeuvres RCR. Ils me demandent comment va ma poitrine, car avec leurs coéquipiers ils ont travaillé « avec ardeur » à me défoncer les côtes afin de pouvoir masser le coeur. L’agent Picarou est resté avec moi dans l’ambulance, poursuivant les manoeuvres avec les paramédics. Rendu à l’hôpital, il a réussi à déniché le code de mon iPhone et à retracer ma famille pour les alerter. Ils me proposent d’organiser une rencontre avec les autres policiers qui étaient là.
  6. Quelques instant plus tard, un 3e appel. C’est Marie Cloé. Elle raconte qu’elle marchait juste derrière moi et m’a vu m’effondrer subitement. Elle a crié, est accourue pour me secourir, et a vite fait le 911. Une autre femme est arrivée, puis une 3e et ensemble elles ont exécuté les consignes du 911. Elle me dira plus tard qu’elle m’a vu « quitter » mon corps! Elle est très contente de me parler, cet événement l’a traumatisée, elle a pensé que j’étais mort mais espérait quand même. Après le départ de l’ambulance elle s’est retrouvée bien seule avec ses émotions.
  7. Un autre courriel arrive: c’est Stéphanie, la 2e arrivée à mon chevet. Elle a entendu le cri et, comme elle a un cours de secourisme, elle a vite rejoint Marie Cloé pour les 1ères manoeuvres, en attendant les intervenants. Elle tente de trouver mon pouls et ne sent presque rien. Mon visage prend des couleurs bizarres, pas très jolies… genre bleu-mauve. Tout va très vite. Les policiers arrivent, elle recule un peu, mais reste jusqu’au départ de l’ambulance. Elle aussi a été marquée par cet accident. Elle a fait des recherches sans succès pour me retrouver dans les hôpitaux.
  8. Et encore un autre courriel, d’Alexandra passait par là, a vu des femmes me porter secours, ensuite les policiers, et l’ambulance qui tardait.
  9. Et un dernier, d’Anne Sophie qui a vu aussi les femmes agenouillées autour de moi et ensuite les policiers. Elle a prié tous les gens décédés qu’elle aimait « afin qu’ils m’aident et qu’un miracle se produise ». Incapable de quitter, elle a pensé que j’avais probablement des proches qui m’attendaient, et qu’il fallait que je ne me sente pas seul. Elle se dit que si c’était son père qui était là, elle voudrait que quelqu’un reste le plus longtemps possible. Rentrée chez elle, elle continué à prier et a chercher me retracer par des amis-es dans la santé. Elle est très heureuse de me savoir vivant.

Ouf, quelle bonté dont tous ces gens ont fait preuve, c’est saisissant !

Rencontre avec les policiers
Le 17 mars, je rencontre les 5 policiers qui sont intervenus le 9 février. Ils sont vraiment contents de me voir, ainsi que Marie Cloé qui m’accompagne. Ils ont rarement l’occasion de revoir des gens sur lesquels ils ont pratiqué des manoeuvres de survie. Je les remercie chaleureusement pour leur « ardeur » à me défoncer les côtes… on rigole ensemble. Ils sont touchés par ma démarche, fiers de leur travail, et on prend des photos du groupe. Ce sera relayé sur la page Facebook du SPVQ et il y aura beaucoup de commentaires.

Rencontre avec les paramédics
Le lendemain 18 mars, après avoir cogné à la porte de la caserne des ambulances Dessercom, je peux enfin rencontrer les ambulanciers. Ils sont trois qui ont pris le relais des policiers, m’ont administré des chocs avec le défibrillateur, et amené à l’hôpital. Simon et Frédéric sont réguliers et Amélie est stagiaire.

Ils me racontent que ce fameux 9 février, ils ont eu un premier appel pour un homme en arrêt cardio-respiratoire. Arrivés sur place, c’est Amélie qui a effectué les manoeuvres de réanimation sous la supervision des deux autres. Ils ont ensuite transporté l’homme à l’Hôtel-Dieu et, alors qu’ils étaient à ranger leur matériel, ils ont reçu un deuxième appel pour un autre arrêt cardiaque… c’était moi ! Quand ils sont arrivés sur place, ça ressemblait à une scène de crime: 3-4 auto-patrouilles gyrophares allumés, rue bouclée, et attroupement important. Encore une fois c’est Amélie qui est mise à la besogne sous la supervision des deux autres. Et elle y va de coeur elle aussi et me donnera deux chocs avec le DEA… je porterai longtemps des marques de brûlure sur la poitrine.

Leur histoire sera reprise par le Journal de Québec et par une radio locale: une ambulancière stagiaire qui pratique deux réanimations en l’espace de quelques minutes, c’est très exceptionnel ! Même des réguliers de 25 ans de service ne vivront jamais ça.

Rencontre avec les bonnes samaritaines
Dès la mi-mars, je tente de réunir les quatre premières personnes qui se sont impliquées dans mon sauvetage: Marie Cloé, Claudia, Stéphanie et Anne Sophie. En parlant avec chacune, je réalise combien elles ont vécu difficilement la suite de mon accident, laissées à elles-mêmes, isolées et sans soutien, encore sous le choc, ébranlées par les images qui reviennent en boucle, et sans nouvelle à mon sujet. L’objectif n’est plus tant de combler ma mémoire que de leur permettre d’être soulagées, de se réjouir, et de partager leur expérience entre elles.

Le 30 mars, j’ai pu réunir Marie Cloé et Stéphanie au resto, Anne Sophie et Claudia ayant eu des empêchements de dernière minute. Ce fut un moment de pur bonheur, très détendu, jovial, où elles ont pu partager leurs souvenirs et les émotions qu’elles ont ressenties. Nous nous sommes promis de remettre ça avec les deux autres dès que possible.

Et le personnel de l’hôpital
Réunir les chirurgiens qui m’ont opéré et le personnel qui m’a soigné est chose presqu’impossible. Ils ont été d’une rapidité et d’une compétence exceptionnelles.
Mon médecin de famille me dira plus tard qu’en cas d’infarctus « mort subite », tout doit se jouer en moins d’une heure, on appelle ça L’heure dorée : premiers intervenants, 911, massage RCR, défibrillateur, transport et opération en cardiologie. Tout doit rouler vite, chaque minute compte. J’ai été vraiment très, très chanceux.

Ma famille et mon entourage
Mes filles Hawa et Ramata ont été particulièrement ébranlées et angoissées par mon accident, surtout durant les premiers jours d’hospitalisation où mon état était incertain. Heureusement, toute ma famille a été d’un grand soutien. Deux de leurs cousines sont même accourues de Montréal pour les soutenir et les accompagner. J’ai aussi reçu des dizaines de messages très touchants qui m’ont aidé à me relever.

Ma nouvelle vie
Lorsque j’ai commencé ma quête, c’était comme essayer de faire un casse-tête dont l’image était complètement blanche et sans aucune pièce dans la boite. Petit à petit, j’ai pu retracer des morceaux et découvrir un tableau étonnant, un chef-d’oeuvre d’humanité, de sensibilité, de sens du devoir, et de compétence professionnelle.

Je me sens redevable envers toutes les personnes qui ont participé à mon sauvetage. Je me sens un devoir de mériter leurs efforts pour me donner une nouvelle vie, et je compte la mener avec générosité et gratitude.

Malgré tout ce que j’ai appris, ma mémoire n’est jamais revenue sur les événements de cette journée du 9 février 2021. Une de mes bonnes samaritaines m’a dit que mon cerveau avait probablement ordonné à ma mémoire d’effacer cette journée et les suivantes, car elles étaient trop traumatisantes. C’est fou la capacité du corps de développer des stratégies pour surmonter les tragédies. Merci la vie !

François Gagnon
Québec, 23 avril 2021

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------

21 avril 2021

Bonjour à toutes et tous.

Le comité exécutif se joint à moi pour vous adresser nos meilleures salutations et souhaits de bonne santé. En ces temps bizarres de confinement, nous espérons que vous arrivez malgré tout à profiter de la vie et des plaisirs qu’elle nous permet encore.

Vaccination
Nous vous invitons fortement, si ce n’est pas déjà fait, à vous faire vacciner contre la Covid-19. Malgré toutes les critiques, il reste que c’est encore le meilleur moyen d’endiguer l’épidémie et d’espérer un retour à la normale, dont nous avons toutes et tous grandement besoin. Si cela peut vous inspirer, sachez que tous les membres du comité exécutif sont déjà vaccinés !

Biographie de Norbert Rodrigue
Nous vous avons transmis récemment un courriel vous invitant à participer au financement d’un projet de biographie de Norbert Rodrigue, ex-président de la CSN, projet auquel participe notre camarade Michel Rioux. Le comité exécutif a décidé de soutenir ce projet en y contribuant un montant de 3 000$. Nous avons aussi demandé d’être informés de l’état des dons en regard de l’objectif de 10 000$.

Assurances des retraités-es
Pour faire suite et conclure la controverse soulevée lors du Congrès de la CSN de janvier 2021, nous vous rappelons d’abord que la CSN a confirmé par lettre sa volonté de respecter ses engagements concernant les assurances des retraités-es.

Au surplus, au conseil Confédéral de mars 2021, le nouveau trésorier Yvan Duceppe a fait une nouvelle présentation sur l’état des finances de la CSN. Il est revenu sur la question des liquidités et de l’impact des assurances des retraités-es d’avant 2010. Il a ainsi précisé que le passif que représente ces assurances devrait être ramené à 1,3 M$ pour l’exercice financier 2017-2020, plutôt que 11 M$ présenté au Congrès de janvier. Ce faisant, les liquidités du Fonds d’administration général (FAG) au 29 février 2020 seraient de 14 M$, plutôt que 4 M$. Cette présentation a été saluée par les délégués-es au conseil confédéral et par le STTCSN.

1er mai 2021
Cette année les revendications mises de l’avant par la CSN et une vaste coalition, à l’occasion du 1er mai, porteront particulièrement sur le projet de loi 59 du gouvernement Legault qui comporte de graves reculs en matière de santé et sécurité au travail. L’amélioration des prestations d’assurance-chômage et d’aide sociale fait aussi partie des sujets chauds.

Des manifestations auront lieux dans plusieurs régions. À Québec, le rassemblement se fait à 13hres devant la Gare du Palais. À Montréal, on se retrouve à 13hres au Parc Lafontaine, devant l’obélisque Charles de Gaulle. Pour les autres régions, consultez le site de votre conseil central.

Santé du président
Pour répondre à plusieurs demandes, je vous informe que suite à l’infarctus « mort subite » que j’ai subi le 9 février dernier, ma santé se porte de mieux en mieux. Avec une chance inouïe, je m’en tire sans aucune séquelle apparente. J’ai repris mon autonomie et je suis inscrit à un programme de réadaptation physique (gym). Je reprends donc graduellement la forme. Cet événement m’a fait vivre des émotions fortes et des rencontres exceptionnelles. Je tente de mettre ça sur papier pour les partager avec ceux que ça pourrait intéresser.

J’en profite pour remercier toutes les personnes qui m’ont adressé des messages de soutien et d’encouragement. Vous m’avez touché et ça m’a encouragé à me relever. Je me sens redevable et j’ai une gratitude infinie envers toutes celles et ceux qui ont participé au sauvetage. J’espère mériter ce cadeau du destin et mener ma nouvelle vie avec générosité.

Prochaines activités
Nous espérions tenir notre assemblée annuelle à l’occasion des Fêtes du centenaire de la CSN prévues en septembre 2021 à Gatineau, mais celles-ci viennent d’être reportées une nouvelle fois. Il est difficile de planifier une activité de groupe « en personne » pour les prochains mois. Même indépendamment des activités du mouvement, nous sommes à la merci des directives de la Santé publique.

Nous préfèrerions de loin tenir notre prochaine assemblée « en personne », plutôt qu’en mode virtuel. Mais si, rendus à l’automne, cela est toujours impossible, nous devrons nous résoudre à une autre assemblée avec Zoom. Entretemps, nos liquidités s’accumulent. C’est une situation exceptionnelle, et vous aurez bien sûr à vous prononcer ce sujet.

En terminant, n’hésitez pas à nous faire part de vos suggestions pour la tenue d’une activité avec Zoom pour le bénéficie de tous les membres, que ce soit une formation ou un échange sur un sujet d’intérêt.

Bon printemps, soyez nombreux au 1er mai…et faites-vous vacciner !

François Gagnon
Président ORCSN
21 avril 2021

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------

29 septembre 2020

Bonjour à toutes et tous.

Jaune, orange, rouge, …toutes les couleurs de l’automne sont au rendez-vous pour nous éblouir, mais certaines ne sont pas aussi attrayantes cette année, surtout dans les grandes régions de Montréal et Québec. On se serait bien passé des nouvelles restrictions ordonnées par la Santé Publique, mais il faut nous y résigner et participer à l’effort collectif afin de limiter les ravages causés par la Covid 19.

L’automne est aussi la saison des assemblées virtuelles et l’ORCSN ne sera pas en reste. Dans notre dernier message, nous avions annoncé notre intention de tenir une telle activité en fin septembre. Les préparatifs pour organiser une réunion virtuelle d’envergure se sont cependant avérés plus longs que prévu. Les nouvelles technologies c’est bien, mais encore faut-il les apprivoiser et bien les gérer.

Nous sollicitons d’ailleurs votre contribution, si vous avez développé des compétences pour la tenue de réunion de grands groupes (plus de 100), nous aimerions éventuellement profiter de votre expertise. Faites-nous savoir.

Malgré le retard, nous vous confirmerons bientôt la tenue d’une première assemblée avec l’application Zoom. Ce sera l’occasion de tester la machine et d’échanger un peu avec vous. Une seconde assemblée devrait suivre, décisionnelle celle-là, où nous devrons au minimum présenter un rapport de nos activités, recevoir les états financiers, adopter le budget, et procéder à des élections.

Un mot encore pour vous informer que la CSN a renoncé à tenir son prochain Congrès « en personnes » en janvier prochain. Il sera lui aussi tenu en virtuel, avec Zoom ou autrement. La formule est encore à définir, mais implique des adaptations majeures. Nous avions pris l’habitude de profiter de l’invitation faite aux retraité-es par la CSN, pour tenir notre assemblée annuelle à cette occasion. Ce ne sera pas le cas en janvier 2021.

Nous sommes heureux de ne compter encore aucun décès causé par la Covid parmi nos membres et vous invitons à poursuivre votre vigilance.

Fraternellement et au plaisir de vous revoir bientôt !

François Gagnon
Président ORCSN
29 septembre 2020

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------

25 juin 2020

Bonjour chers membres de l’ORCSN.

Je vous adresse mes plus chaleureuses salutations et souhaits de bonne santé en ces temps de pandémie. Malgré toutes les statistiques entourant la maladie Covid-19, il est bon de vous signaler que jusqu’ici, parmi nos membres, nous n’avons été informés d’aucun décès causé par ce virus. Souhaitons que cette « immunité » dure encore longtemps.

Le comité exécutif réfléchit à un plan de relance de nos activités. Il y a cependant encore beaucoup d’incertitudes sur l’évolution des directives de la Santé publique. Après avoir dû annuler les cabanes à sucre et reporter l’assemblée annuelle, voilà que la tenue de notre traditionnelle épluchette de septembre est à tout le moins incertaine.

Les dernières directives émises par la Santé publique autorisent les rassemblements intérieurs de 50 personnes au maximum, ce qui rend encore impossible la tenue de notre assemblée, car on ne prendra pas de chance sur le nombre de participants. Par ailleurs, il n’y a pas de limitation précise pour les rassemblements extérieurs en milieu privé. Bien entendu, il faut quand même respecter la distanciation, le lavage des mains et la désinfection des objets utilisés. Les déplacements entre les régions ne sont plus interdits, mais on nous demande de les limiter.

Nous avons tous hâte de nous retrouver en « gang », mais sans nous mettre à risque. La majorité des québécois semble favorable à un assouplissement des règles. Qu’en est-il de notre groupe ?

Afin de prendre le pouls, nous envisageons d’organiser une « assemblée virtuelle» avec l’application Zoom. Le STTCSN a déjà utilisé à quelques reprises cette formule avec un bon succès de participation et d’appréciation. Des associations de retraité-es l’utilisent aussi. Pourquoi pas nous ?Dans la mesure où nous ignorons toujours quand la tenue de notre assemblée annuelle sera possible, il vaudrait la peine d’essayer. Précisons que cette première « assemblée virtuelle» serait limitée à un échange d’informations, de commentaires et d’opinions, sans prise de décision.

Nous aimerions connaître votre sentiment dans les circonstances. Vous pouvez écrire un mot par courriel à l’un ou l’autre des membres du comité exécutif sur les questions suivantes:
- Seriez-vous intéressé-e à participer à une assemblée virtuelle avec Zoom ?
- Devrions nous envisager de tenir notre assemblée à l’automne (quitte à annuler), ou plutôt attendre à l’hiver 2021 ?
- Est-ce qu’on devrait tenir notre épluchettecomme prévu, en septembre ?

J’en profite pour vous informer que Gilles Raymond a remis sa démission du poste secrétaire registraire, pour des raisons personnelles. Nous le remercions pour son aide et son implication dans notre organisation. Le comité exécutif a résolu de nommer Francine Lavoie pour le remplacer jusqu’à la fin du mandat 2019-21. Bravo et bienvenue à Francine !

Au plaisir d’avoir de vos nouvelles,

François Gagnon, président
Québec, 25 juin 2020

François Gagnon: francois342@sympatico.ca
Marie Bergeron: marie.berger@sympatico.ca

Louise Magny: lbmagny@videotron.ca
Jacques Collin: jcollin.orcsn@gmail.com
Lucille Poirier: bidoune@videotron.ca
Francine Lavoie: lavoie.desroches@gmail.com

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------

10 avril 2020

Bonjour chers membres de l’ORCSN.

Nous pensons beaucoup à vous et avons hâte de vous revoir. La crise que nous traversons et le confinement qui nous est imposé nous causent bien des problèmes. Mais tant qu’on est en santé, qu’on peut sortir un peu, communiquer avec nos proches, nous alimenter et prendre un verre de vin, ça peut se vivre assez bien.

Cela n’est malheureusement pas le cas pour tous. Pensons à celles et ceux qui vivent en résidence pour retraités, en CHSLD, ou qui sont hospitalisés, ou pire encore, pensons aux retraités atteints par ce foutu virus et qui risquent d’en mourir.

C’est le temps donc d’être solidaires, bienveillants …et de manger du chocolat de Pâques !

Dès que les consignes de confinement seront levées, nous travaillerons à l’organisation de nos prochaines activités. Actuellement, la Direction de la santé publique a émis de telles directives jusqu’au 4 mai 2020.

Nous avions prévu tenir notre prochaine assemblée annuelle à l’occasion du Congrès de la CSN à Québec, le mardi 26 mai. Rien n’est moins certain aujourd’hui. Vous comprendrez qu’il est hors de question pour nous de tenir une activité alors que les craintes de propagation ne seraient pas dissipées.

Nos prochains rendez-vous n’en seront que plus appréciés et festifs, car nous comptons bien prendre les moyens pour y encourager une participation exceptionnelle de nos membres. Nous aurons tant de plaisir à vous revoir et tant de choses à nous raconter.

François Gagnon, président
Louise B. Magny, secrétaire générale
Lucille Poirier, trésorière
Marie Bergeron, 1ère vice-présidente
Gilles Raymond, secrétaire registraire
Jacques Collin, 2e vice-président

10 avril 2020

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Salutations camarades,

Il y a un bon moment que je n’avais pas utilisé le site web pour vous adresser quelques mots. Je vais donc essayer de me reprendre en abordant ici quelques sujets d’actualité.

Manifestations pour le climat le 27 septembre

La CSN s’est jointe à l’organisation de manifestations dans toutes les régions pour souligner l’urgence d’agir pour la protection de l’environnement.

Après le Pacte pour la transition qui a recueilli plus de 275 000 signatures d’appui, après la création du collectif La planète s’invite au parlement, après le mouvement School strike 4 climate initié par la jeune militante suédoise Greta Thunberg, voici une nouvelle occasion de passer à l’acte et de manifester notre adhésion à la lutte pour le climat. Inscrivez donc cette date à votre agenda et vérifiez auprès de votre conseil central pour connaître le détail de cette journée dans votre région.

Élections fédérales du 21 octobre

La CSN a établi ses priorités en vue de ces élections. Les sujets incluent l’environnement, l’assurance-emploi, une assurance-médicaments, le soutien aux médias et la lutte aux paradis fiscaux. Vous pouvez prendre connaissance du document adopté lors du conseil confédéral de juin dernier à partir du site web de la CSN. On y fait état de la progression inquiétante de la droite à l’occasion des dernières élections provinciales. Il y a aussi un rappel des événements des quatre dernières années.

Selon moi, une conclusion est claire : évitons un retour des conservateurs, trop proches des intérêts pétroliers de l’ouest. Ils n’ont pas à cœur le dossier de l’environnement et pourraient très bien nous passer un pipeline entre les dents ! Il faut aussi souhaiter un poids plus important pour le Québec au prochain parlement.

Encore des retraité-es menacés

La récente faillite du Groupe Capitales Médias (Le Soleil, Le Quotidien, Le Droit, Le Nouvelliste, La Voix de l’Est et La Tribune) représente une menace terrible pour les 900 retraité-es de ces médias écrits. À défaut d’acheteur qui reprendrait la suite des régimes de retraite, ils risquent en effet de voir leurs rentes amputées de 20% à 25% !

Triste situation qui rappelle encore la nécessité que les retraité-es, tout comme les employé-es actifs, soient élevés au rang de créanciers prioritaires en cas de faillite, afin de renflouer une partie du déficit de solvabilité des régimes de retraite. Considérant par ailleurs que les retraités n’ont guère voix au chapitre lors des négociations qui ont alors cours avec le syndicat pour trouver un éventuel arrangement, il me semble que les gouvernements devraient mettre en place un fonds pour atténuer les pertes que subissent les retraité-es.

Nous aussi, comme employé-e ou retraité-e de la CSN, nous devons rester attentifs à l’état de notre caisse de retraite. Soyez donc présents à la prochaine assemblée des participants le 6 décembre prochain au Mont Sainte-Anne.

Épluchette de blé d’Inde 2019 et dons de solidarité

Encore une fois, c’est dans la joie et sous un soleil radieux que près d’une centaine de membres de l’ORCSN et leurs conjointes et conjoints se sont rassemblés à l’épluchette du 12 septembre à Saint-Liguori. Soulignons que la collecte que nous y avons faite a permis d’amasser 575 $ au profit de la Fondation Albatros de Trois-Rivières qui œuvre en soins palliatifs, et 375 $ pour Amnistie internationale.

Si vous avez une cause ou une œuvre que vous souhaitez nous voir financer, faites-nous en part avant les dîners de Noël.

Je vous souhaite un bel automne tout en couleurs !

François Gagnon
Président
Québec, 16 septembre 2019

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------

26 novembre 2015
A propos de Paris et des réfugiés

Les attentats du 13 novembre dernier à Paris sont à classer dans le registre de la barbarie et de l’obscurantisme religieux. Il faut bien sûr les dénoncer et exprimer notre solidarité avec la France. Je demeure cependant sceptique quant à la réaction française : bombarder davantage en Syrie et en Iraq ne peut qu’allonger la liste des horreurs et des victimes civiles.

La violence planifiée et sciemment exécutée contre des populations civiles est exécrable, autant lorsqu’elle est utilisée par un état démocratique que par un état islamique. Les américains nous en ont donné le pire exemple avec les bombes d’Hiroshima et Nagasaki.

La solution aux attentats de Paris doit épargner les civils et elle doit aussi être avalisée par les gouvernements directement concernés par la menace : Syrie, Iraq, Iran, Liban, Turquie, Jordanie et Russie. Ce sont tous des pays limitrophes et ce sont eux qui paient la plus grosse note pour les atrocités commises par l’État Islamique et pour les ravages des guerres que se mènent différents groupes d’intérêts. On a vu les résultats des interventions militaires occidentales en Afghanistan et en Iraq : entrer, tirer et se retirer ne fait qu’accentuer le bordel et donne des armes aux intégristes pour se radicaliser et rassembler les victimes de ces interventions occidentales.

Martin Luther King disait que la loi du Talion rend tout le monde aveugle. Comme lui, je rejette cette idée que le sang versé justifie « qu’un sang impur abreuve nos sillons » ( paroles de La Marseillaise ). Le gouvernement socialiste de François Hollande est pressé de bombarder, comme s’il espérait prouver qu’il en fait autant que n’en ferait le Front National de Marine Le Pen. Les bombes de gauche valent les bombes de la droite ! Une fois parti comme ça, est-ce que le gouvernement français va torturer pour venger ses victimes ? Va-t-il se construire une prison à la Guantanamo au nom de la sécurité ?

Les cimetières sont déjà assez remplis de victimes, la solution est ailleurs. Nous pouvons agir pour atténuer les souffrances en accueillant des réfugiés, nous pouvons mieux informer et éduquer sur le radicalisme, nous pouvons boycotter ce qu’il faut boycotter, nous pouvons cesser de nourrir la haine.

Oui il faut retirer nos avions bombardiers de ce merdier. Oui il faut accentuer et accélérer l’accueil des réfugiés. Et c’est bien là le plus triste : qu’on puisse être si prompts à tomber dans la spirale de la violence et si lents à réparer les dégâts. La véritable crise c’est celle de l’accueil des réfugiés. Si le Liban arrive à en supporter des centaines de milliers, 25 000 pour le Canada c’est bien peu. Il faut maintenir cet objectif et l’urgence de l’accomplir. Nous avons les moyens de rétablir rapidement une image positive du Canada à travers le monde, nous avons l’occasion de réaliser un rêve. Agissons !

« I have a dream » disait aussi Martin Luther King.
  
François Gagnon, président

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------

24 novembre 2015
300 et au delà !

Avec une grande joie, nous vous annonçons que notre organisation a enfin atteint le cap des 300 membres ! Il s’agissait d’un seuil psychologique et nous sommes soulagé-es de l’avoir atteint suite à un blitz de sollicitation. Comme aux sports, les éloges vont d’abord à la joueuse qui a marqué le but gagnant, mais il faut aussi rappeler que toutes ces adhésions résultent d’un travail d’équipe incessant depuis plus de 23 ans maintenant.

Aujourd’hui comme hier, on adhère à l’ORCSN bien sûr pour avoir le plaisir de revoir des camarades, de s’amuser en groupe, mais aussi pour échanger sur l’actualité socio, syndicalo, politique… ça va de soi ! C’est le moment de vous rappeler l’importance d’appuyer les employé-es du secteur public dans leurs négociations avec le gouvernement Couillard. Ils sont en première ligne pour contrer les politiques d’austérité et sauvegarder nos services publics « dont on ne peut pas se priver » ! Chacun peut contacter son Conseil central pour connaître les journées d’action dans sa région.

Au Canada, nous avons enfin réussi à nous débarrasser de Stephen Harper et de ses politiques conservatrices à la mode albertaine. On se croise les doigts pour applaudir l’élection de Justin Trudeau. Car rendons lui ce qui lui revient : il a mené une campagne audacieuse et dynamique et il apporte un vent de fraîcheur et d’espoir ( NDLR je n’ai pas voté pour lui ). Nous jugerons cependant l’arbre à ses fruits. Souhaitons, par exemple au chapitre des droits humains, qu’il mette fin à la saga judiciaire contre Omar Khadr, qu’il intervienne auprès de l’Arabie Saoudite pour libérer Raïf Badawi et qu’il ouvre davantage nos portes à l’accueil des réfugiés.

Encore un mot à propos des régimes de retraite, pour souligner la tenue récente d’une Commission parlementaire sur le Projet de loi 57, visant les régimes complémentaires de retraite du secteur privé. Contrairement au Projet de loi 3 ( visant les municipalités ) qui a sabré dans les droits des employé-es et des retraité-es, le PL 57 résulte d’un effort de concertation patronale-syndicale pour assurer la pérennité des régimes de retraite à prestations déterminées, en modernisant leurs règles de financement. Il faut souligner en particulier la volonté de protéger les rentes acquises, autant pour les actifs que pour les retraités.

Nous déplorons cependant l’abandon de la notion d’équité dans l’utilisation de futurs surplus, une fois les préséances respectées (clause banquier et rétablissement des droits suspendus), ainsi que l’amalgamation des participants actifs avec les retraités et bénéficiaires dans le processus d’opposition. Moins nombreux et moins bien organisés que les actifs, les retraités et bénéficiaires perdent ainsi une voix indépendante pour faire valoir leur point de vue. Nous nous interrogeons aussi sur l’absence d’indications pour encadrer la politique d’achat de rentes auprès d’un assureur, sans l’implication des premiers concernés, les retraités ! L’ORCSN compte bien surveiller l’évolution de ce dossier, en association avec d’autres organisations de retraité-es.

Nous espérons vous rencontrer en grand nombre à l’occasion de nos dîners des Fêtes : 3 décembre à Montréal et 10 décembre à Québec. Le dîner du Saguenay a déjà eu lieu le 12 novembre dernier.
Bon automne et encore bienvenu-es à nos nouveaux membres !

François Gagnon
Président
Québec, novembre 2015

photo

300e membre de l'ORCSN

Le 20 novembre 2015, Claire Bergeron, nouvelle retraitée de la région du Saguenay,
a signé sa carte d'adhésion à l'ORCSN lors de l'assemblée annuelle des participant-es
au régime de retraite à Granby. Sur la photo, Claire Bergeron entourée de 4 membres
du comité exécutif présents à cette rencontre.

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------

21 avril 2021

Bonjour,

Le comité exécutif se joint à moi pour vous adresser nos meilleures salutations et souhaits de bonne santé. En ces temps bizarres de confinement, nous espérons que vous arrivez malgré tout à profiter de la vie et des plaisirs qu’elle nous permet encore.

Vaccination
Nous vous invitons fortement, si ce n’est pas déjà fait, à vous faire vacciner contre la Covid-19. Malgré toutes les critiques, il reste que c’est encore le meilleur moyen d’endiguer l’épidémie et d’espérer un retour à la normale, dont nous avons toutes et tous grandement besoin. Si cela peut vous inspirer, sachez que tous les membres du comité exécutif sont déjà vaccinés !

Biographie de Norbert Rodrigue
Nous vous avons transmis récemment un courriel vous invitant à participer au financement d’un projet de biographie de Norbert Rodrigue, ex-président de la CSN, projet auquel participe notre camarade Michel Rioux. Le comité exécutif a décidé de soutenir ce projet en y contribuant un montant de 3 000$. Nous avons aussi demandé d’être informés de l’état des dons en regard de l’objectif de 10 000$

Assurances des retraités-es
Pour faire suite et conclure la controverse soulevée lors du Congrès de la CSN de janvier 2021, nous vous rappelons d’abord que la CSN a confirmé par lettre sa volonté de respecter ses engagements concernant les assurances des retraités-es.

Au surplus, au conseil Confédéral de mars 2021, le nouveau trésorier Yvan Duceppe a fait une nouvelle présentation sur l’état des finances de la CSN. Il est revenu sur la question des liquidités et de l’impact des assurances des retraités-es d’avant 2010. Il a ainsi précisé que le passif que représente ces assurances devrait être ramené à 1,3 M$ pour l’exercice financier 2017-2020, plutôt que 11 M$ présenté au Congrès de janvier. Ce faisant, les liquidités du Fonds d’administration général (FAG) au 29 février 2020 seraient de 14 M$, plutôt que 4 M$. Cette présentation a été saluée par les délégués-es au conseil confédéral et par le STTCSN.

1er mai 2021
Cette année les revendications mises de l’avant par la CSN et une vaste coalition, à l’occasion du 1er mai, porteront particulièrement sur le projet de loi 59 du gouvernement Legault qui comporte de graves reculs en matière de santé et sécurité au travail. L’amélioration des prestations d’assurance-chômage et d’aide sociale fait aussi partie des sujets chauds.

Des manifestations auront lieux dans plusieurs régions. À Québec, le rassemblement se fait à 13hres devant la Gare du Palais. À Montréal, on se retrouve à 13hres au Parc Lafontaine, devant l’obélisque Charles de Gaulle. Pour les autres régions, consultez le site de votre conseil central.

Santé du président
Pour répondre à plusieurs demandes, je vous informe que suite à l’infarctus « mort subite » que j’ai subi le 9 février dernier, ma santé se porte de mieux en mieux. Avec une chance inouïe, je m’en tire sans aucune séquelle apparente. J’ai repris mon autonomie et je suis inscrit à un programme de réadaptation physique (gym). Je reprends donc graduellement la forme. Cet événement m’a fait vivre des émotions fortes et des rencontres exceptionnelles. Je tente de mettre ça sur papier pour les partager avec ceux que ça pourrait intéresser.

J’en profite pour remercier toutes les personnes qui m’ont adressé des messages de soutien et d’encouragement. Vous m’avez touché et ça m’a encouragé à me relever. Je me sens redevable et j’ai une gratitude infinie envers toutes celles et ceux qui ont participé au sauvetage. J’espère mériter ce cadeau du destin et mener ma nouvelle vie avec générosité.

Prochaines activités
Nous espérions tenir notre assemblée annuelle à l’occasion des Fêtes du centenaire de la CSN prévues en septembre 2021 à Gatineau, mais celles-ci viennent d’être reportées une nouvelle fois. Il est difficile de planifier une activité de groupe « en personne » pour les prochains mois. Même indépendamment des activités du mouvement, nous sommes à la merci des directives de la Santé publique.

Nous préfèrerions de loin tenir notre prochaine assemblée « en personne », plutôt qu’en mode virtuel. Mais si, rendus à l’automne, cela est toujours impossible, nous devrons nous résoudre à une autre assemblée avec Zoom. Entretemps, nos liquidités s’accumulent. C’est une situation exceptionnelle, et vous aurez bien sûr à vous prononcer ce sujet.

En terminant, n’hésitez pas à nous faire part de vos suggestions pour la tenue d’une activité avec Zoom pour le bénéficie de tous les membres, que ce soit une formation ou un échange sur un sujet d’intérêt.

Bon printemps, soyez nombreux au 1er mai…et faites-vous vacciner !

François Gagnon
Président ORCSN

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------

21 février 2015
L’HIVER DU VORTEX POLAIRE !

Vraiment on s’en souviendra de cet hiver 2015 ! Sans trop de neige, mais avec des froids qui n’en finissent pas et nous tiennent collés à nos poêles à bois. Mais il ne faut pas s’en plaindre : vaut mieux un bon froid qu’un maudit verglas !

En tout cas, ça n’empêche pas la terre de tourner, ni l’actualité de continuer de nous étonner. Il y a eu l’attentat contre Charlie Hebdo, suivi d’une montée en popularité du Front National en France. Et les enlèvements d’enfants perpétrés par Boko Haram au Nigéria, sans que le gouvernement (complaisant) n’organise une véritable riposte. Washington de son côté continue sa valse d’alliances douteuses : il fournit des armes à gauche et à droite, pour ensuite attaquer ses clients d’hier, participant ainsi à rendre le monde de plus en plus instable et dangereux.

C’est aussi un hiver où on assiste à une étonnante remontée du gouvernement Harper dans les sondages, ce qui nous laisse craindre une autre victoire des conservateurs aux prochaines élections. Quelle ironie! Il se dresse comme le protecteur de notre sécurité, après avoir aboli le registre des armes à feu. Une embellie cependant dans ce ciel obscur : il faut saluer la récente décision de la Cour Suprême du Canada reconnaissant le droit de mourir dans la dignité. Un peu plus et on oublierait presque la triste habitude de ses juges de pencher systématiquement du côté des fédéraux.

Au Québec, la lutte sera rude contre les politiques d’austérité et les réformes brutales menées par notre trio de médecins au pouvoir. La loi 10 adoptée sous le bâillon va encore une fois bouleverser les milieux de travail et semer l’inquiétude dans les établissements de la santé. Et les offres déposées aux employé-es de l’État ne feront qu’ajouter de l’huile sur le feu, tant elles sont méprisantes.

Impossible de faire un pareil texte sans dire un mot sur les régimes de retraite. Il y a d’abord la Loi 3 qui permettra aux municipalités de suspendre l’indexation des rentes des retraités à compter de janvier 2017, sans que ceux-ci aient un mot à dire. Un précédent d’autant plus injuste, qu’on apprenait récemment que les déficits des caisses de retraites seraient beaucoup moins importants que ceux annoncés pour justifier cette législation. Le  gouvernement Couillard propose maintenant d’étendre ce genre de mesure aux employés et retraités du secteur public. Il y a clairement menace d’appauvrissement en vue. Qu’en sera-t-il du secteur privé ensuite ? Un projet de loi est prévu pour ce printemps… Ça sent le hachoir à plein nez !

Et chez nous à la CSN ? Notre régime de retraite souffre aussi d’un passif alourdi par la faiblesse des rendements des obligations gouvernementales. On n’en est plus à un déficit de l’ampleur de ceux de la crise de 2008, mais il demeure important et les négociations pour le financer sont difficiles. Souhaitons que les parties en viennent rapidement à une entente raisonnable et évitent de plonger le mouvement dans la tourmente d’un conflit sur des questions monétaires. Entretemps, n’hésitez pas à nous contacter pour toute information à ce sujet.   

Changement de bulletin maintenant. Amateurs de sports, avez-vous aimé autant que moi le dernier Superbowl ? Oui ! répondrez-vous. Jusqu'à la dernière minute… qui fût fatale à l’équipe de Tampa Bay. Je suis encore sidéré par cet échec, à la ligne d’une verge! Alors qu’ils avaient la coupe aux lèvres, un  mauvais jeu a été commandé par l’entraîneur (avait-il le cerveau gelé?) et ce fut la catastrophe.  Il eut mieux valu qu’ils perdent par 40 à 0; cela aurait été moins gênant. Ceci dit, je conçois que les filles aient eu un faible pour Tom Brady, le beau quart arrière callipyge des Patriots. Il ne méritait cependant pas cette victoire-là. Mais, que voulez-vous ? Cela fait partie du sport.

Un mot encore pour souligner la mémoire d’André Laurin. Un homme fascinant, courageux, avec une histoire inouïe de lutte pour la protection des consommateurs, contre les compagnies de finances usurières, et pour l’économie solidaire. J’ai eu la chance de le rencontrer lors de mon premier dîner de l’ORCSN à Québec, et j’en suis encore ému.

Je veux aussi souligner le décès de Émile Riel, membre de l’ORCSN (s’est impliqué comme membre du comité de surveillance des finances). Je ne l’ai pas beaucoup connu mais je sais qu’il était une personne appréciée de plusieurs membres et que son départ a laissé un vide.

Devinette de saison : nommez un pays qui a choisi d’éliminer son budget militaire pour le consacrer à la protection de l’environnement ? J’y passerai 3 semaines le mois prochain. Je vous en parlerai à notre prochaine cabane à sucre, soyez-y !

En attendant on continue de s’amuser dans le vortex polaire !

François Gagnon
président

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------

15 juillet 2014 
Projet de loi 3 du gouvernement libéral sur le financement des régimes de retraites des municipalités

Le 14 juin dernier, le Ministre des Affaires municipales Pierre Moreau a déposé le projet de loi no. 3 titré « Loi favorisant la santé financière et la pérennité des régimes de retraite à prestations déterminées du secteur municipal. »
Un titre qui ne manque pas de cynisme, car ce projet ne propose rien d’autre que de permettre aux municipalités de réduire unilatéralement leurs coûts de main-d’œuvre, aux dépens des employé-es et des retraité-es.

Avec ce projet de loi :

Depuis les décrets gouvernementaux de 1982, plusieurs municipalités rêvaient d’avoir le pouvoir de décréter elles-aussi les conditions de travail de leurs employé-es. Le gouvernement Couillard leur offre sur un plateau d’argent ce pouvoir, en y ajoutant en prime celui de piger dans les poches des retraité-es ! 

Aujourd’hui ce sont les employé-es municipaux qui sont visé-es, demain ce seront ceux du secteur privé et du secteur public.

L’ORCSN joint sa voix à tous ceux qui réclament le respect des signatures apposées au bas des contrats librement négociés. À l’égard des retraité-es, nous maintenons qu’aucun changement touchant leurs droits ne devrait être possible sans leur consentement : c’est le fondement du cadre légal actuel en matière de régime de retraite.

François Gagnon, Président

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------

8 avril 2014
Lendemain d’élections

Ah ! dure démocratie qui faisait dire à Bertolt Brecht « Il faut congédier le peuple et en élire un autre » !

Comme tous les souverainistes assommés par les résultats des dernières élections, je cherche à comprendre ce qui a causé cette dégelée et ce qui va advenir de notre quête du pays. Je lance donc ces quelques commentaires, pour participer à la réflexion collective.

Si on additionne libéraux et caquistes, ça donne 66 % des votes à ce qu’on peut désigner comme la droite fédéraliste. Cette majorité se répand à la grandeur du Québec. Premier constat donc : ne cherchons pas partout ailleurs ces électeurs. Ils sont tout près de nous, très nombreux, dans nos familles et dans nos rangs de camarades syndicalistes. Leurs motivations sont très variables et il faut les écouter pour essayer de comprendre.

Avons-nous atteint un tel seuil de confort, qu’une tranche importante de l’électorat « nationaliste » ne voit plus l’utilité de l’indépendance et ne veut même plus en entendre parler ?

À propos du tiers des votes restant à la gauche souverainiste, je vous avoue ma profonde tristesse lorsque j’ai entendu des cris d’allégresse dans le camp d’une candidate souverainiste qui venait de battre un autre candidat souverainiste. D’autant plus triste, qu’il s’en est fallu de peu pour que cette division du vote donne une victoire supplémentaire aux libéraux ! Je parle bien sûr de Ste-Marie/St-Jacques.

Autre matière à réflexion : dans l’ensemble du Québec, un seul comté à basculé du camp fédéraliste au camp souverainiste, un seul ! Alors que tous les autres comtés de la couronne nord passaient du PQ à la CAQ, à St-Jérôme le PQ a gagné un siège qui appartenait à la CAQ. Et c’est PKP qui a réussi l’exploit ! J’avoue que ça me laisse très perplexe.

Notre prochain rendez-vous, ce sera pour les élections fédérales dans deux ans. Est-il besoin de rappeler que le NPD, qui nous représente aux Communes, a applaudi à la victoire des libéraux de Philippe Couillard ! Il nous faut une autre alternative, et je vais m’y mettre à la manière de cet auteur qui disait : « Je ne suis pas assez idiot pour y croire, mais je suis assez fou pour y travailler ». J’en suis là : la flamme est éteinte, mais la batterie de secours fonctionne encore !

Bonnes discussions !
François Gagnon

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------

16 novembre 2013
De la laïcité, des élections, …et des soins pour les ainé-es !

Bonjour à toutes et tous,

Il y a déjà un bon moment que je n’avais pas pris le clavier pour taper un « mot du président ». Ce n’est pas que les sujets manquaient, encore fallait-il  que la tête y soit. Et je veux dès le départ vous remercier pour tous les messages et les gestes de sympathie que vous avez pu nous adresser suite au décès de ma belle Nicole. Chaque deuil est particulier et il y en a qui sont terriblement plus lourds à relever ; le soutien est alors bienvenu.

De la laïcité

Quel projet que cette Charte ! Ceux qui prétendent qu’il y a d’autres dossiers plus importants à traiter comme société devraient aller se rhabiller. On n’a qu’à voir les manifestations et écouter les déclarations de toutes sortes pour réaliser qu’il s’agit d’un sujet qui intéresse tout le monde.
Il est temps qu’on encadre les demandes d’accommodement de toutes sortes, qu’on réaffirme l’égalité entre les hommes et les femmes, et qu’on assure la neutralité de l’État. À peu de choses près (un crucifix et le droit de retrait) les grandes orientations du projet de Charte répondent aux valeurs que nous soutenons. Il faut agir et affirmer ce que nous voulons être, et ce n’est surtout pas la charte canadienne des droits individuels, passée en catimini par Trudeau qui devrait nous retenir !
Bien sûr, il reste encore à voir le détail. Le conseil confédéral de la CSN de décembre devrait se prononcer sur le projet de loi du ministre Drainville.

Des élections

Bon et bien ! Il n’y en aura pas au national cet automne ! Mais qu’à cela ne tienne, on a été gâtés par les municipales qu’on soit à Sorel, à Laval, à Mascouche, ou sur la Côte Nord. Et c’est certainement à Montréal que la campagne a été la plus étonnante. Autant on peut applaudir la performance rafraîchissante de Mélanie Joly, autant on peut s’attrister du sort ingrat réservé à Richard Bergeron. Heureusement, en bout de ligne il y aura une opposition articulée face au maire Coderre, car il sera à surveiller de près. C’est certainement mieux qu’à Québec où le maire Labeaume a réussi un raz de marée qui n’augure rien de bon pour les droits des travailleur-euses et des retraité-es.

Des soins pour les aîné-es

Il faut souligner le projet du ministre de la Santé pour mettre en place une assurance autonomie pour tous, afin de relever le défi du vieillissement de la population. Permettre à chacun d’exercer un véritable choix pour son lieu de résidence malgré les incapacités et la maladie, voilà un objectif à soutenir. Bien des choses restent à peaufiner, et on peut avoir des questions importantes sur les ressources qui assureront le soutien à domicile, mais il reste qu’il s’agit d’un pas important dans la bonne direction.

Un autre projet, celui de la ministre Hivon concernant les soins en fin de vie. Il porte la reconnaissance des droits de toute personne en fin de vie : de recevoir des soins palliatifs adaptés ainsi qu’une aide médicale à mourir. Qu’en cette matière, chacun et chacune puissent prendre ses décisions de façon autonome, il faut soutenir ça ! Tout devrait être mis en place pour éviter autant l’acharnement thérapeutique non désiré, que le danger de se sentir « poussé vers la sortie ».

Et en méli-mélo
  
La démission de Michel Arseneault de la FTQ : mais dans quel bourbier malodorant était-il empêtré ! Et quelle coïncidence que ça survienne un an après le départ de Louis Roy à la CSN, pour des raisons et dans un contexte ô combien différent. Comme si ça mettait encore en évidence les différences d’éthique entre les deux centrales : on n’a vraiment pas le même genre d’élastique qu’eux en termes de moralité et de tolérance !

Régime de retraite : l’assemblée annuelle des participant-es aura lieu vendredi le 6 décembre au Palais des Congrès de Montréal.

Suggestion de film pour les amateurs de voile (en bateau et non sur la tête…) et de persévérance : aller voir Seul en mer avec le toujours beau Robert Redford. J’avoue que les dialogues sont minces mais quelle prouesse : à lui seul (et on peut dire que c’est un aîné), il accote la performance de la super production Gravité.

Pour la prochaine assemblée annuelle de l’ORCSN, nous envisageons d’inviter un conférencier ou de faire une animation originale : si vous avez des idées, des noms à soumettre ou  propositions à présenter, la boîte à suggestions est ouverte, contactez-nous.

Merci pour votre lecture et au plaisir de vous rencontrer  lors d’une prochaine activité !

François Gagnon
Président

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------

25 avril 2013
Information et réaction au rapport D’Amours

Bonjour,

Comme vous tous, nous avons été informé-es de la parution du fameux rapport D’Amours, résultat des travaux d’un Comité d’experts sur le système de retraite au Québec. Son mandat consistait principalement à analyser la situation des régimes complémentaires de retraite (RCR) et à avancer des pistes de solutions pour faire face aux déficits importants des régimes à prestations déterminés (RPD).
Les recommandations contenues dans ce rapport suscitent beaucoup de réactions. S’il comporte de nombreuses propositions intéressantes, il recèle cependant une menace pour les retraité-es dont les droits ne seraient plus protégés d’une éventuelle réduction.
Il est encore trop tôt pour savoir quel sort sera réservé à ce rapport. Comment le gouvernement minoritaire actuel traduira-t-il ces recommandations en projet de loi et quel sera le résultat final ?
Plus spécifiquement en ce qui nous concerne, la CSN et le STTCSN sont actuellement en négociation intensive afin de solutionner le problème de financement de notre régime de retraite. Pour autant que nous le sachions, les deux parties ne remettent pas en question les droits acquis des retraité-es.
Un point spécial sur ces sujets sera ajouté à l’ordre du jour de notre assemblée annuelle du 31 mai prochain à Granby.
D’ici là, vous pouvez obtenir copie intégrale du rapport D’Amours sur le site web de la Régie des rentes du Québec (RRQ). Le gouvernement a aussi demandé au comité D’Amours de faire une tournée des régions pour expliquer son rapport : dates et endroits à déterminer. La firme d’actuaires conseil de notre régime de retraite, Aon Hewitt, a par ailleurs émis un bulletin d’information à ce sujet que vous trouverez ci-inclus.
Un dossier à suivre de près.
N'hésitez pas à nous faire parvenir vos commentaires et/ou questionnements. Nous essaierons d'y répondre dans la mesure des informations que nous possédons...
À bientôt !
François Gagnon
Président ORCSN

Voir le document PDF

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------

28 février 2013
Ouverture officielle du site

C'est tout un événement que l'ouverture de ce site web.

On en parlait depuis quelques années, on a exploré sans succès d'autres formules et les difficultés nous ont presque découragé-es. Mais voilà que, « ne comptant que sur nos propres moyens », la ténacité de l'Équipe de création a finalement produit cette belle réalisation, que nous saluons avec beaucoup de fierté.

Nous espérons que ce nouvel outil permettra à l'ORCSN d'être plus visible et plus accessible. Pour nos membres d'abord, salarié-es et élu-es retraité-es de la CSN, mais aussi pour celles et ceux qui veulent en savoir davantage sur nos activités et, qui sait, peut-être se joindre à nous…

Durant toute notre vie active, nous avons été militants de la CSN. Nous avons encouragé et soutenu l'association et la solidarité des travailleuses et des travailleurs. Ce travail d'équipe a produit de fortes amitiés et beaucoup de chaleureuses fraternités.

L'ORCSN est un prolongement de ces valeurs. Même retraité-es, nous croyons toujours à l'opportunité de nous associer. La CSN reste profondément ancrée en nous, et nous souhaitons entretenir la solidarité avec ses luttes.

Et bien sûr, nous en profitons pour jouir de notre état de retraité-es en fraternisant ensemble dès que l'occasion se présente. Nous aussi !

Puisse ce site web nous aider à poursuivre nos projets.

Félicitations et grand merci à l'équipe de création : Monique Gagnon, Jean-Yves Beaulieu, Michel Crête et Micheline Blais, notre conceptrice web.

François Gagnon
Président

NOTE: dans cette page, j’aurai l’opportunité de vous parler, de vous lancer des messages, de vous faire part de mon opinion sur certains sujets qui m’interpellent. En espérant recevoir vos commentaires et suggestions, au plaisir de vous lire!

(Inscrire vos commentaires à la page « Nous joindre » à mon attention)

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Mise à jour: 2021/06/03